fbpx

Amor Mundi


Réenchanter la vie

Amor Mundi | Réenchanter la Vie2020-07-10T23:36:42+02:00
Accueil » Albums de musiques introspectives » Amor Mundi | Réenchanter la Vie

#Aimer la vie #Nature # âme

Aimer la vie. Et aimer le monde. Comme s’il était une extension de notre corps. Et du mystère de notre âme. Inspiré par la notion de Nature chez Spinoza

Cet album s’inspire de la philosophie de Spinoza (1632-1677). Et plus particulièrement de la façon dont il explore la notion d’Infini. Du comment la nature est considérée comme un pouvoir d’expression de cet Infini.

Une métaphysique aujourd’hui considérée comme très contemporaine

Vidéos de l’album

L’inspiration

Amor Mundi, s’inspire de la pensée de Spinoza. Pour qui la Nature est presque divinisée, puisque la réalité physique toute entière, y compris nos corps et nos pensées, équivalent à la substance (c’est-à-dire la totalité du réel-Dieu) unique et infinie.
C’est en quelque sorte la bande-son de mes rencontres avec le philosophe.

Il y est question de Nature, de flux, d’amour, de secrets, de puissance tectonique, de crêtes, de matrice, de dimensions. De l’indescriptible nostalgie des rythmes infinis.

Il y a des mélodies, du rythme, des nappes sonores, une grande variété de situations musicales qui sont des rencontres entre des instruments et des émotions.
Une rencontre où chaque partie garde sa part de mystère et gagne en saveur à être ensemble, mais distincts, unique.

Bref ce sont des calligraphies sonores..

Extraits [au casque de préférence]:

Passages media

juillet 2020

juin 2020

one world music radio podcast

Tags: , |

Si vous êtes un fan de musique électronique, spatiale et d’ambiance, alors pourquoi ne pas assister ce soir à un spectacle de deux heures dans ces styles, avec des classiques des légendes du passé, de nouveaux albums et la musique de nos artistes actuels, sur un large spectre de musique électronique. inclusion de morceaux de l’album Amor Mundi

Chroniques

melissa

Tags: |

I never get bored this tune Sister Moon. I love this tune so much and Thanks for producing this track.

Steve Sheppard

Tags: |

J’ai été fasciné par les voyages musicaux qu’Anantakara m’a fait faire ces dernières années ; ces séjours de majesté électronique ont vraiment été profondément artistiques et tout à fait fascinants. Le plaisir est ici que j’ai maintenant la chance d’écrire sur cette dernière sortie intitulée Amor Mundi (La vie comme un flux infini).

Ce voyage visuel et sonore commence avec le morceau Shimmering Times, un morceau si addictif à écouter que sa narration en constante expansion entraîne l’auditeur dans un tout nouveau royaume de magie électronique.

Show Me Your Wonder, a une profondeur délicieuse dans sa construction, écoutez attentivement ses sonorités et sa vaste nature, alors peut-être que, comme moi, vous serez vous aussi entraînés dans un monde d’une brillance expressive et expansive, les éléments en staccato des cordes et la toile de fond percutante, le tout habilement manipulé dans une trame de génie musical qui deviendrait quelque chose de vraiment spécial à voir.

Chthonic Memories contenait quelques effets que j’ai créés sur ma propre guitare électrique pour ouvrir avec ; cela nous mènerait gentiment à un portail de segments musicaux artisanaux et extrêmement artistiques, qui semblaient tous avoir leurs propres sphères musicales pour tourner à l’intérieur.

Au fur et à mesure que nous avançons dans l’album, je trouve un de mes préférés, ce bijou s’appelle Sister Moon.

Il y a quelque chose de si tranquille et de si paisible dans cette offrande, ses énergies répétitives m’ont aussi rappelé un peu une offrande d’Eno à l’ancienne, appelée Musique discrète. La construction ici a également été bien travaillée, et sa nature électronique et son battement de cœur ont pu être ressentis dans le reste de cette superbe offre.

En poussant l’enveloppe musicale plus loin sur la table des sons, nous arrivons à un morceau vraiment fascinant appelé Amo Ergo Sum.

Traduit, cela signifie que j’aime, donc je suis. Cela ajoute beaucoup à sa fascinante progression ; pour moi, la fluidité et l’essence exploratrice de ce morceau en ont fait un autre favori.

Les textures légères de la pièce suivante, intitulée The Riddle of a Soul,

nous ont donné un aperçu fascinant de la structure compositionnelle de l’album. Ici, nous trouvions des sons de flûte subtils et obsédants qui créaient une merveilleuse sensation new age, associés à des motifs électroniques élégants, cela a porté la pièce à un tout autre niveau.

Nous sommes maintenant dans la deuxième moitié de cette belle collection de compositions, et comme nous avançons constamment, nous nous trouvons à une porte marquée Riding The Flickering Crests.

Il y avait une douceur alléchante sur ce morceau qui créait une profonde dépendance, ses subtilités modifiaient la perception dans la moitié centrale du morceau, alors qu’une énergie plus percutante commençait à se faire sentir, mais toujours avec le partenariat symbiotique des albums sur toute la nature électronique.

Amor Mundi (Life As An Infinite Flow) est certainement un de ces albums qu’il ne faut pas quitter des yeux, il faut peut-être l’écouter encore et encore pour apprécier toutes les nuances qu’il contient, comme ce morceau suivant intitulé Deus Sive Natura.

Les claviers manifestent une narration implorante dans ce morceau, tandis que les sons des cordes et les percussions créent un sentiment d’attente et de tension, dans ce qui est le morceau le plus long de l’album.

Nous sommes maintenant entrés dans un domaine qui est presque multi-fractal par nature ; il s’appelle la marche temporelle de la matrice. Voici un morceau qui se perdrait trop facilement et qui, d’une certaine manière, me rappelle en musique les efforts artistiques de la grande œuvre d’Escher intitulée Relativity. C’est une piste infinie et en expansion constante dans sa nature surréaliste.

Les profondeurs que nous avons parcourues deviennent maintenant évidentes, alors que nous écoutons une composition intitulée A Secret Might.

Ici, l’intensité de l’offrande est bien cachée, permettant à l’ordre naturel de l’arrangement de se manifester de lui-même et de se développer de manière audible. C’est un morceau étonnamment bien conçu avec lequel on pourrait facilement se laisser emporter, son beau sens du suspense et de l’anticipation est une chose à savourer.

L’avant-dernière offre s’appelle Strata.

La probabilité toujours présente de l’attente semble commencer à se réaliser ici, alors qu’un rythme percussif se joint à la mêlée et que l’artiste crée quelque chose de spectaculaire et presque cinématographique dans le style d’Isao Tomita.

Le dernier morceau de l’album est intitulé Irrésistible

et il l’est vraiment, et en tant que composition finale, on ne sait jamais vraiment ce qui se trouve au coin de ce moment d’intelligence musicale, le travail de la basse est parfait et la construction et la progression électronique qui suivent créent une fin dynamique et fluide à ce qui a été un album captivant.

Amor Mundi (Life As An Infinite Flow) d’Anantakara est un album que tous les fans de musique électronique, les chercheurs d’ambiance et les adorateurs de sonorités vraiment artistiques adoreront. C’est un voyage qui ne se termine jamais, mais qui créera couche sur couche d’attente, d’intention et d’anticipation à mesure que vous l’écouterez. Si cela fait appel à votre sens de la perception musicale, alors vous devez faire de cet album un foyer dans votre monde musical dès que possible.

William

Tags: |

hey I love the track Sister Moon, one you can hear over and over,
so amazing! William

Bruna

Tags: |

Magnifique ! Voyage sonore au gré des marées, l’indescriptible nostalgie des rythmes infinis m’a bercé loin dans ces spirales ce matin

header photo: Amy Treasure Unsplash.com